Navigate / search

Partenariat Hubert Curien / Alliance

Ce projet a pour but le dépouillement, la transcription et l’édition scientifique d’une partie des manuscrits rédigés par le philosophe anglais Jeremy Bentham en langue française, ceux qui concernent la religion, un thème central de son oeuvre. Ces²manuscrits sont conservés dans les archives de University College London. Plusieurs centaines de feuillets ont été rédigés en langue française.

Nous avons choisi d’axer le corpus qui fait l’objet de cette recherche sur les textes portant l’intitulé « Délits religieux », soit environ 80 pages (UC 98, fo 64-117). Cette recherche a deux objectifs majeurs. Premièrement, explorer le contenu de ces manuscrits qui n’ont jusqu’ici jamais été utilisés par les chercheurs et les mettre à leur disposition. Deuxièmement, évaluer avec précision la nature du travail éditorial effectué par le Genevois Etienne Dumont à partir de ces feuillets dans les « Traités de législation civile et pénale » publiés à Paris en 1802, avec l’accord de Bentham. Bentham choisit dans les années 1780 d’écrire directement en français pour faciliter la diffusion de sa philosophie utilitariste dans l’Europe des Lumières. Il conçoit le projet d’un ouvrage intitulé « Projet d’un corps complet de législation » portant sur tous les aspects du champ juridique.

Cet ouvrage restera inachevé, bien qu’il en rédige plusieurs centaines de feuillets. La première partie (dont les manuscrits portent l’en-tête « Projet/Forme ») est consacrée aux questions formelles et logiques, la seconde (« Projet/Matière ») à une exploration des infractions devant figurer dans des codes conçus selon le système de l’utilité. Les feuillets consacrés aux « délits religieux » constituent un ensemble particulièrement cohérent à l’intérieur de ces manuscrits. Les transcrire et les mettre à disposition des chercheurs est essentiel pour une compréhension plus juste de la pensée de Bentham. Les questions religieuses occupent une place importante dans son système. Il y consacre plusieurs ouvrages dans les années 1810 (« Church of Englandism », « Not Paul, but Jesus »), mais l’existence de manuscrits antérieurs, ceux qui sont examinés ici, vient éclairer ces textes d’un jour nouveau.

Dans un premier temps, il est indispensable de donner accès à ces manuscrits. Cela sera fait en deux étapes: d’abord sous format numérique, en les insérant dans la base de données en cours de constitution à University College London, puis par une édition scientifique bilingue. Dans un second temps, il faudra analyser le devenir de ces textes au XIXe siècle. La première page de ce corpus porte la mention ’1826 March 29,/Penal Code Old matter, employed by Dumont/Offences affecting Religion/Advantages and Disadvantages of a Religious Sanction’, de la main de Bentham. Cette indication est précieuse: ces feuillets ont été effectivement transmis à Etienne Dumont pour la rédaction des « Traités de législation ». Dumont effectue un travail de compilation et de réécriture qui doit faire l’objet d’une étude rigoureuse. Peu de manuscrits offrent cette possibilité car un grand nombre de ceux qui ont été utilisés ont été perdus ou détruits. Ce travail de comparaison est fondamental car les versions de Dumont constituent le vecteur principal de la diffusion de l’utilitarisme benthamien en Europe pendant le premier tiers du XIXe siècle. Or Dumont, pasteur calviniste de formation, est sur le plan religieux en décalage avec Bentham qui apparaît souvent comme déiste, voire athée.

L’étude des manuscrits est indispensable pour évaluer les implications philosophiques de ce décalage. La place accordée aux questions religieuses dans les différents contextes nationaux éclaire d’un jour nouveau l’étude de l’utilitarisme classique en Europe. La première phase du projet porte sur la transcription des manuscrits conservés à University College London sous la cote UC 98, 64-117. Les membres de l’équipe française se rendront à Londres afin de consulter les manuscrits et d’en établir une transcription fidèle (5 jours ouvrés par chercheur français, soit 20 j/h). Les deux équipes travailleront alors conjointement sur les manuscrits, l’expertise linguistique de l’équipe française se doublant de la longue expérience de transcription acquise par le Bentham Project de Londres.

A l’issue de cette première étape, une transcription intégrale des différents feuillets sera disponible. Une première réunion de travail se tiendra à Nanterre à l’automne. Elle permettra de finaliser les textes et de proposer plusieurs hypothèses concernant la réorganisation finale du manuscrit (dans le corpus, les pages ne sont pas toujours numérotées de façon consécutive). Avant la fin de l’année civile, une seconde réunion fera le point sur les modalités de la diffusion des résultats obtenus. D’abord, les transcriptions seront intégrées directement à la base de données électronique du Bentham Project. Ensuite, une édition bilingue critique et commentée sera mise en place. La seconde phase concernera la collation entre les manuscrits transcrits et la version publiée par Dumont dans les « Traités de législation civile et pénale ».

Ce travail implique de la part de l’équipe française un retour aux manuscrits de UCL: les feuillets transcrits ne constituent sans doute pas la source unique utilisée par Dumont sur les questions religieuses. Il est de l’habitude de Bentham de revenir fréquemment sur les sujets qu’il juge importants. Il faudra donc dépouiller à nouveau une partie des manuscrits consacrés aux délits pénaux en général. Les résultats obtenus seront discutés à Nanterre lors d’une première réunion où l’équipe française partagera son expertise sur Dumont avec l’équipe britannique, forte de son travail sur les manuscrits postérieurs portant sur les aspects religieux. Une seconde réunion de synthèse sera nécessaire pour finaliser les conclusions du travail commun et leur donner la forme d’un article.